Articles marqués avec ‘justice’

Romilly : Les faux agents ENEDIS font du porte à porte

Ecrit par Tony BOULENGER. Posté dans Actu, Grand Est, Romilly

Après les faux agents Veolia, les faux agents ENEDIS…

Plusieurs élus Romillons ont alerté ENEDIS et la gendarmerie à propos d’opérations de démarchage frauduleux. En effet, des malfaiteurs se font passer pour des agents Enedis. Ils font du porte à porte à Romilly et prétendent venir changer le compteur de place ou vérifier des factures.

La gendarmerie et les élus de Romillons appellent les habitants de Romilly à la prudence. De son côté, ENEDIS rappelle qu’aucun de ses agents ne se déplace chez un client sans rendez-vous fixé au préalable, soit par téléphone, soit par courrier. En cas de visite douteuse, composez le 17 et tentez de prendre en photo la personne ainsi que son véhicule.

⚠️ ALERTE : Ce produit toxique circule dans les établissements scolaires

Ecrit par Tony BOULENGER. Posté dans Actu, Département de l'Aube, Grand Est, Troyes

Les autorités Auboises tirent le signal d’alarme contre cette substance dangereuse qui touche principalement les jeunes. Un produit composé de cannabinoïde de synthèse circule dans les établissements scolaires.

Un produit toxique qui se propage dans les lycées et les collèges

L’inquiétude règne à propos des jeunes de l’agglomération Troyenne. Cyrille Souvais, de l’unité de prévention des conduites à risques de l’hôtel de police de Troyes, intervient régulièrement dans les établissements scolaires. Il mène principalement des actions de sensibilisation et de prévention auprès des jeunes.

Le brigadier de police a été témoin de l’arrivée d’un nouveau produit toxique qui sème l’inquiétude depuis près d’un an dans les lycées et les collèges. Ce liquide versé dans une cigarette électronique est composé d’arômes et de produits dangereux. Ce dernier circule en libre accès sur le net sous le nom de « CBD ». Or, « il y a une grosse confusion entre le CBD qui pourrait être utilisé synthétiquement dans le cadre médical et ce qui circule dans les établissements scolaires (…) Ce que consomme certains étudiants n’est PAS du tout du CBD. » explique Cyrille Souvais. « Ces produits sont composés de cannabinoïde de synthèse, ils ne contiennent aucune substance de cannabis, pas même du THC -molécules psychoactives du cannabis- mais des produits très toxiques et extrêmement dangereux pour la santé. »

Une substance qui provoque des effets dramatiques…

« On retrouve des effets psychiques comme des hallucinations, des anxiétés ou des bad trip beaucoup plus violents qu’avec du cannabis. Sur le physique, on va retrouver des difficultés respiratoires, des problèmes rénaux, on peut même aller jusqu’à la perte de connaissance voir au coma ou à l’arrêt respiratoire (…) On peut aussi avoir une dépendance à ce E-liquide. » explique Cyrille Souvais. « Si l’un de vos proches fait un malaise ou perd connaissance à cause de ce produit, contactez immédiatement le 15. » conclu le brigadier de police.

Des chiffres inquiétants mais encore flous : L’omerta règne dans certains établissements scolaires…

Selon, le brigadier de police, énumérer le nombre de jeunes touchés reste difficile. Sur la semaine du 10 février 2020, dix signalements ont été effectués. Certains consommateurs ont été pris en charge à l’hôpital. Un premier cas a même été signalé dans un collège. Les autorités dénoncent le manque de connaissances de ce fléau ainsi que l’absence de prévention dans certains établissements et dans les familles. Certaines structures scolaires préfèrent rester discrètes sur ce sujet…

Une substance légale ou pas ?

Si le cannabinoïde de synthèse n’a pas été identifié, il ne peut pas faire l’objet d’une réglementation ou d’une interdiction. Il reste cependant extrêmement dangereux, en effet, la molécule de ce dernier n’est pas clairement reconnue. Certaines substances sont déjà identifiées des services de police et sont désormais interdites. Or, ces dernières sont toujours vendues et faciles d’accès pour les jeunes.

Sézanne : Un candidat aux municipales menacé de mort

Ecrit par Tony BOULENGER. Posté dans Actu, Grand Est, Haute-Marne, Marne

Le choque est toujours présent. Nelçon de Almeida, colistier du candidat Jean-François Quinche qui se présente aux élections municipales de Sézanne, ne s’attendait pas à être victime de menace de mort.

Selon France 3 Grand Est, vendredi 14 février, Nelçon de Almeida a retrouvé une arme factice sur le capot de sa voiture. L’homme, impliqué dans la vie politique locale, pensait à une blague menée par des enfants. Mais en découvrant un papier sur lequel il était inscrit « Une campagne électorale, ça peut être détonnant », le candidat a pris conscience de la réalité des faits…

Jean-François Quiche et Nelçon de Almeida ont déposé une plainte pour menace de mort. Le maire sortant, Sacha Hewak, s’est exprimé et déclare condamner de tels actes. Il espère que la gendarmerie pourra retrouver rapidement les auteurs de ces faits.

Marne : Une cagnotte en ligne et une marche de soutien pour l’agriculteur d’Ambières

Ecrit par Tony BOULENGER. Posté dans Actu, Justice, Marne

Ce jeudi 13 janvier, une marche est organisée pour soutenir Jean-Louis Leroux.

Jean-Louis Leroux soutenu par les agriculteurs de la Marne. L’exploitant agricole d’Ambrières, excédé par des vols à répétition a commis l’irréparable dans la nuit du vendredi 31 janvier au samedi 1er février. Averti par une alarme d’un nouveau vol dans son exploitation, il appelle les forces de l’ordre et s’empare de son arme. Avec son frère, il se rend sur les lieux du vol. Il aperçoit le jeune cambrioleur et lui tire dessus. Selon plusieurs sources, Jean-Louis Leroux a fait l’objet d’une quarantaine de cambriolages.

Suite à ce tragique événement, l’agriculteur marnais est placé en détention provisoire pour “tentative d’homicide volontaire” à la prison de Châlons-en-Champagne. Le procès de l’agriculteur est prévu ce jeudi 13 février.

La FDSEA de la Marne a lancé une cagnotte sur Leetchi pour soutenir Jean-Louis Leroux. Les fonds récoltés aideront l’agriculteur à payer ses frais de défense.

La Fédération Départementale des Syndicats Exploitants Agricoles de la Marne organise ce jeudi 13 février une marche de soutien à Reims. Le rassemblement était prévu au stade Auguste Delaune, Chaussée Bocquaine, à 8h30.

Le cortège se rendra ensuite au tribunal pour soutenir la demande de remise en liberté de l’agriculteur dans l’attente de son procès.